• Recevoir nos informations

    Nous contacter

     Association Sorézienne
    Chez Patrick CHABIN
    622 Rue de la Mairie

    10130 AUXON
    FRANCE

    L'école Royale

    La modernité de son enseignement fera d'elle une école royale militaire

    L'enseignement est résolument novateur. L'étude du latin et du grec n'est plus obligatoire et l'on favorise la connaissance des matières modernes telles que la géographie, l'histoire, les mathématiques et les langues étrangères. Les élèves peuvent éventuellement choisir leurs matières en fonction de leurs capacités intellectuelles et de leur future carrière.

    L'Ecole de Sorèze est alors en quelque sorte une école de métiers avant l'heure. Cette modernité l'amène quelques années plus tard à porter le titre d'Ecole Royale Militaire.

    L'établissement est marqué du sceau du roi Louis XVI.

    Le 28 Mars 1776, le titre d'Ecole Royale Militaire tout comme la Flèche, Brienne, Pont à Mousson, pour ne citer que les plus célèbres (1) , lui est décerné. Louis XVI en fonde douze avec l'aide du comte de Saint-Germain pour réformer son armée un peu trop mondaine. Ainsi s'explique l'éclatement de l'Ecole Royale Militaire de Paris en douze Ecoles Royales réparties sur tout le royaume de France afin de former les futurs cadets pour l'armée royale.

    L'enseignement donné à Sorèze prend alors des allures militaires. Des officiers de Paris viennent donner des cours d'art militaire, les professeurs habituels donnent des cours de religion, de lettres, de sciences. Une très grande place est attribuée aux sports.

    L'éducation physique occupe une grande partie de l'emploi du temps des célèbres officiers, l'équitation, la natation (sport inattendu au XVIIIe siècle), l'escrime ont autant d'importance qu'un cours d'arithmétique ou de latin.

    Sorèze offre ainsi sous le règne de Louis XVI un plan d'étude fort complet. Cet enseignement attire des jeunes gens de la France métropolitaine, des Amériques (principalement de Martinique et de Guadeloupe) et de toute l'Europe.

    Par Isabelle DARDY (1982/88)

    (1) Ces douze collèges étaient, dans l'ordre du Réglement du 28 mars 1776 qui les instituait : Sorèze (Tarn, Bénédictins), Brienne (Aube, Minimes), Tiron (Eure et Loir, Bénédictins), Rebais (Seine et Marne, Bénédictins), Beaumont en Auge (Calvados, Bénédictins), Pontlevoy (Loir et Cher, Bénédictins), Vendôme (Loir et Cher, Oratoriens), Effiat (Puy de Dôme, Oratoriens), Pont-à-Mousson (Meurthe et Moselle, Chanoines réguliers de Saint Sauveur), Tournon (Ardèche, Oratoriens), Auxerre (Yonne, Bénédictins) et La Flèche (Sarthe, Doctrinaires). Les archives de la Défense Nationale mentionnent également l'école de Dôle (Jura).

    Accéder à votre espace

    Identifiant : 
    Mot de passe : 
    mot de passe oublié?

    Le journal mensuel

    12/01/2017

    Pentecôte 2017

    Les archives de SorèzeLe journal mensuel avant 2014
    powered by