• Recevoir nos informations

    Nous contacter

     Association Sorézienne
    Chez Patrick CHABIN
    622 Rue de la Mairie

    10130 AUXON
    FRANCE

    Jean-Antoine CLOS (1784-1790)

    Auteur de la "Notice historique sur Sorèze", publiée en 1822 et 1844. Le livre est disponible à la Librairie Denis à Sorèze. A la lecture de son ouvrage, il apparaît qu'être sorézien fut pour l'auteur un avantage inestimable et que toutes les années qu'il passa dans le fameux collège de Sorèze lui permirent d'ajouter à son travail d'historien cette touche de vécu que rien ne saurait remplacer. C'est fort de ce savoir et de cette expérience qu'il retrace ici l'histoire de sa ville natale et des bourgades environnantes et (naturellement) celle de ce séminaire - il fut longtemps nommé ainsi - dont il fut l'un des élèves les plus brillants, insistant sur le fait que les bénédictins avaient eu, de tout temps, la vocation d'enseigner et qu'ils donnaient gratuitement, bien avant la fondation du collège, des cours de latin aux enfants du pays

    Mais les développements qu'il consacre à cette institution prestigieuse, devenue École militaire royale en 1776, renommée dans toute l'Europe et comptant plus de 500 élèves, ne constituent qu'un chapitre de son livre qui est un véritable retour aux sources du passé de Sorèze. Il nous rappelle que la petite cité du Tarn doit son origine à la fondation de l'abbaye bénédictine par Pépin le Bref (757-758), dont il transcrit la charte in extenso.

    Connu d'abord sous le nom de Notre-Dame de la Sagne, beatae Mariae le monastère qui bénéficie des largesses des puissants excite bien des convoitises : soumis à de nombreux pillages, il est brûlé par les Normands en 864 et il ne renaîtra de ses cendres qu'après plusieurs décennies. Par la suite, les violences de toute nature ne sont guère épargnées à Sorèze et à son abbaye - qui doit souvent payer pour être épargnée - mais paradoxalement la terrible croisade de Simon de Montfort (XIIe siècle) contre les Albigeois lui est bénéfique et la destruction de Puyvert lui profite, tandis que Montgey, Puylaurens, Les Casses, La Pommarède, Saissac subissent les dures lois de la guerre. Au XIVe siècle, après le traité de Brétigny (1360), les incursions des compagnies anglaises sont constantes : en 1377 la ville est prise (l'abbaye épargnée rachète son pillage) et il faudra attendre le XVe siècle pour que Charles VII donne l'ordre de détruire ces bandes de soudards.

    Dans la seconde moitié du siècle suivant, ce sont les affrontements religieux qui sont dévastateurs : la ville est saccagée par les protestants (1571), prise par eux (1573), reprise par les catholiques (1580) et à nouveau occupée par leurs adversaires la même année... Appauvrie et dépeuplée par de tels ravages (perte des marchés, départ des catholiques), Sorèze connaît enfin la paix sous le règne d'Henri IV. Il semble que la fondation du collège soit " l'un des produits de la guerre de religion " ; il fallait apaiser et regagner les esprits.

    Autre fait positif pour Sorèze et pour toute la région : la construction du canal du Midi par Pierre-Paul Riquet, magnifiquement racontée par le Dr Clos. Son ouvrage se terminant par une excursion au-dedans et au-dehors de la montagne du Causse (Trou du Calel), qui est une véritable épopée géologique.

    Accéder à votre espace

    Identifiant : 
    Mot de passe : 
    mot de passe oublié?

    Le journal mensuel

    18/03/2017

    Soreze ma jeunesse

    12/01/2017

    Pentecôte 2017

    Les archives de SorèzeLe journal mensuel avant 2014
    powered by